la presqu'île

   l'estran

   les peaux mortes

   microbiologie des ruines

   terre ferme

   le premier territoire

   2 fois 180 cm²

   travailler à terre

   d'autres fissures

   peupler une poignée de main

   la petite bibliothèque

   tout autour, (en se) maintenant

   pour une texture souterraine

   engager un pas

   un passant écrit en marchant

   fabriquer des ruines

   transporter une caméra

   je suis une réalité mécanique

   inversion d'un clivage

   circonstances d'un pré

   ressources

TRAVAILLER A TERRE, REJOUER LA TERRE

 

dessins quotidiens au stylo-bille, 21x29,7 cm chacun

vdepuis 2017

 

 

_ Travailler à terre est un geste de dessin qui s’étire pour devenir une pratique. Un geste simple qui, je crois, m’appartient et avec lequel je passe du temps, pour réfléchir, écrire, être attentif ; un geste aidant.

C’est un poignet-sismographe qui effleure le papier en gribouillant des lignes légères. Les lignes s’appuient les unes sur les autres, se déforment progressivement. Chaque feuille enregistre les tracés d’une journée, le dessin du jour reprenant les déformations auxquelles le dessin de la veille parvenait. Je dessine comme j’ai pu pointer à l’usine.

Les dessins achevés sont installés à la fenêtre, le temps et la lumière dessinent à leur tour un lent dégradé qui va vers l’effacement, qui vient relier le dessin là où les jours le découpaient.

 

© Célie Falières

© Maëlle Raynard