la presqu'île

   l'estran

   les peaux mortes

   microbiologie des ruines

   terre ferme

   le premier territoire

   2 fois 180 cm²

   travailler à terre

   d'autres fissures

   peupler une poignée de main

   la petite bibliothèque

   tout autour, (en se) maintenant

   pour une texture souterraine

   engager un pas

   un passant écrit en marchant

   fabriquer des ruines

   transporter une caméra

   je suis une réalité mécanique

   inversion d'un clivage

   circonstances d'un pré

   ressources

LES PEAUX MORTES

(Replier une ligne de front)

 

asphalte ramassé le long des routes, dimensions variables

depuis 2019

 

 

_ Au cours de marches quotidiennes, je soustrais les fragments d’asphalte qui, fissurés, se détachent des routes, comme une petite « désartificialisation » des sols.

Cette récolte devient, dans l’espace d’exposition, une forme en expansion. Une route qui se reconstitue, amenée à s’étendre au fil du temps et de lieu en lieu. Chaque fragment est disposé à l’envers de sorte que c’est une chaussée renversée qui s’expose. Une route observée depuis la terre recouverte.

 

Il s'agit en somme de prêter attention aux conditions climatiques et aux mouvements de terrain, à travers ce qu’ils dévorent des routes. Prélever et reconstruire, avec ces peaux mortes d’asphalte, le revers d’un aménagement du territoire ; et placer les routes le ventre à l’air.

 

© Pierre Soignon

© Pierre Soignon