la presqu'île

   l'estran

   les peaux mortes

   microbiologie des ruines

   terre ferme

   le premier territoire

   2 fois 180 cm²

   travailler à terre

   d'autres fissures

   peupler une poignée de main

   la petite bibliothèque

   tout autour, (en se) maintenant

   pour une texture souterraine

   engager un pas

   un passant écrit en marchant

   fabriquer des ruines

   transporter une caméra

   je suis une réalité mécanique

   inversion d'un clivage

   circonstances d'un pré

   ressources

L'ESTRAN

 

dessin in situ, verre trempé et sable, dimensions variables, 2018-2020

 

* L’estran est cette zone littorale émergée à marée basse et sous les eaux à marée haute. Un territoire précaire, intermittent.

 

_ L’estran est l’alternance entre un geste de réparation et un geste d’effacement. Partant de verre brisé, l’action consiste, par des tentatives d’assemblage, à retrouver des possibilités de la vitre originale. Les bris de verre, agencés les uns aux autres, sont recouverts d’une pellicule de sable puis récupérés, avant d'être de nouveau disposés au sol pour prolonger l’agencement.

Verre et sable, l’un étant produit à partir de l’autre, grignotent ainsi lentement l’espace d’exposition. Ils remontent le fil des causes et conséquences qui permettent la transformation d’une matière en l’autre, pour ensuite tendre ce fil entre l’exploitation du sable et l’érosion des cordons de dunes, entre la salinisation des sols et la désertification.

 

3.  Mémoire immobile des matières nomade, Le Granit, Belfort, 2020

     réalisé par Elena Denis, Pernelle Etienne, Eloise Ettore, Mathilde Gros

2.  Result Report, Temi Residency, Daejeon (KOR), 2019

1.  Sojae Archeology, Nomadic Space, Daejeon (KOR), 2018

3

© Pierre Soignon

2

1

© Suji Gwon